Comment choisir son « psy » ?

Psychologue

Le psychologue, pour exercer, doit avoir obtenu ou un master de psychologie (ou un DESS) à l’université. Il s’agit de cinq années d’études après le baccalauréat. Il existe plusieurs Masters selon les différentes spécialités, par exemple en psychologie de l’enfant, en psychopathologie ou encore en psychologie clinique.

Le psychologue a acquis au cours de sa formation universitaire une connaissance approfondie du fonctionnement psychique tant normal que pathologique. Il a les compétences pour diagnostiquer les pathologies psychiques comme l’autisme, la psychose, la dépression ou encore évaluer un risque suicidaire… Il apporte à la personne en souffrance une écoute bienveillante permettant d’établir une relation de confiance, amenant le patient à évoluer dans sa propre problématique et à trouver ses propres réponses.

Psychiatre

Le psychiatre est un médecin spécialisé dans la maladie mentale. Il a suivi un cursus universitaire à la faculté de médecine. Le psychiatre est donc avant tout un médecin qui a choisi de se spécialiser en psychiatrie. Il aura en tout bénéficié d’une formation de dix ans dont quatre de spécialisation.

La différence majeure entre le psychologue et le psychiatre est que ce dernier, étant médecin, peut prescrire des médicaments. L’aide médicamenteuse peut se révéler indispensable dans le cas de dépressions majeures ou encore dans le cas de délires ou d’hallucinations et de manière générale dès que l’intégrité psychique et physique de la personne est en jeu. Cependant, cette aide ne peut être suffisante en soi, et doit toujours s’accompagner d’un suivi thérapeutique où le patient pourra travailler sur sa propre souffrance.

Comme il s’agit d’un médecin, la consultation chez le psychiatre conventionné sera remboursée à la hauteur du barème fixé par la sécurité sociale pour une consultation chez un spécialiste. Cependant, les tarifs du psychiatre en libéral sont libres et peuvent parfois être supérieurs aux remboursements prévus par la sécurité sociale. La consultation chez le psychiatre est souvent plus élevée que celle du psychologue, du fait même qu’une partie de la somme due par le patient lui sera remboursée.

Psychothérapeute

Le psychothérapeute est celui qui est formé à une technique de thérapie en particulier. Environ 300 psychothérapies sont recensées en France.

Il y a encore quelques temps, toute personne formée à une de ces techniques, pouvait exercer en tant que psychothérapeute. Afin de limiter certaines dérives, une réglementation encadre l’usage de ce titre depuis 2010. Il est ainsi nécessaire d’avoir validé 5 années d’études universitaires, et d’avoir effectué 5 à 6 mois de stage professionnel en plus de la formation en psychothérapie pour pratiquer en tant que psychothérapeute. Il revient à l’ARS (Agence de Santé Régionale) d’en délivrer les autorisations. Les psychiatres et les psychologues, de par leur formation universitaire et leur pratique, se voient délivrer l’autorisation du titre de psychothérapeute sans passer par une formation complémentaire.

Le terme de psychothérapeute définit de manière générale celui que peut prétendre, grâce à une technique spécifique, apporter un mieux-être à une personne en souffrance. En France, le nombre de psychothérapies est estimé entre 200 et 400. Il est donc important de bien se renseigner et de bien discuter avec le psychothérapeute pour être en accord avec le type de travail proposé.

Psychanalyste

Le psychanalyste a une profession qui n’est pas réglementée à ce jour car elle ne dépend pas d’un diplôme d’état. Le fait d’avoir suivi une psychanalyse suffit pour pouvoir la pratiquer. Cependant, de nombreux psychanalystes ont une formation initiale de psychologue ou de psychiatre. Il existe plusieurs écoles : école freudienne, lacanienne, jungienne… Dans tous les cas, il s’agit d’une introspection minutieuse de l’inconscient en utilisant la parole comme unique support. Le principe est de revivre des conflits psychiques antérieurs à travers la relation transférentielle avec le thérapeute afin d’acquérir une connaissance fine du fonctionnement de sa personnalité.